Chroniques

Dans les médias

Simon Larose, G. Daniel Caron et Jean Mercier sur la suppression des enseignants ressources, la fin de la coopération militaire de la Suède avec l’Arabie saoudite et le projet de service rapide par bus

Sur la suppression des enseignants ressources


La volonté de Québec de sabrer les budgets servant à payer les enseignants ressources inquiète le professeur Simon Larose. Ces enseignants, qui sont libérés d'une partie de leurs tâches pour aider les élèves en difficulté, jouent un rôle essentiel pour assurer la persévérance scolaire, estime-t-il. « Ce serait probablement la
 pire intervention de notre gouvernement en matière de prévention du décrochage. » La réforme de l'éducation avait déjà mis à mal la relation professeur-élève. « Si dans ce contexte-là, on va couper les enseignants ressources, c'est le bout du bout. »

Simon Larose, Département d'études sur l'enseignement et l'apprentissage
Le Journal de Québec, 12 mars


Sur la fin de la coopération militaire de la Suède avec l’Arabie saoudite


Le nouveau gouvernement de gauche suédois a annoncé, le 10 mars, qu’il ne renouvelait pas l’accord de coopération militaire qu’il avait signé en 2005 avec l’Arabie saoudite. À l’origine de cette décision : les droits de la personne tels qu’appliqués en Arabie saoudite. Un tel geste peut-il amener une amélioration de ces droits dans ce pays ? Selon G. Daniel Caron, il n’est pas anodin de mettre fin à une coopération militaire. « La coopération militaire est habituellement vue comme la coopération la plus importante, explique-t-il. À court terme, ça ne paraît pas. Mais à moyen et à long termes, ça a un effet. »

G. Daniel Caron, ex-diplomate en résidence aux Hautes études internationales
La Presse, 12 mars


Sur le projet de service rapide par bus


Déçu de l’abandon du projet de tramway à Québec, Jean Mercier critique aussi le choix du tracé d’un futur service rapide par bus (SRB), qui contournera l’axe naturel de la Haute-Ville au profit du boulevard Charest. « Je ne pense pas que ce soit le meilleur chemin. C’est un peu une occasion ratée », tranche-t-il, ajoutant que le SRB n’aura jamais le même pouvoir d’attraction qu’un tramway. « Même si l’autobus est hyper moderne, la classe moyenne est comme réfractaire à prendre l’autobus, mais pas le tramway qui est bien supérieur. »

Jean Mercier, Département de science politique
Le Journal de Québec, 10 mars

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!