Chroniques

Dans les médias

Maurice Doyon, Mariepier Tremblay et Paule Halley sur l'accord de libre-échange Canada-Union européenne, le transfert d'entreprises québécoises aux étrangers et sur la loi du développement durable

Sur l’accord de libre-échange Canada-Union européenne


Selon Maurice Doyon, le libre marché n’est pas une bonne affaire pour les producteurs de lait au Québec. «Regardez aux États-Unis: quand le prix du lait monte, les éleveurs augmentent leur troupeau pour produire davantage. Le marché devient inondé et le prix se met à baisser […] Les bêtes continuent à produire du lait et le prix chute davantage, ce qui pousse les éleveurs à la faillite. En Californie, des producteurs ont été montrés du doigt pour avoir tué des vaches en bonne santé, afin de forcer la remontée du prix du lait.»

Maurice Doyon, professeur au Département d’économie agroalimentaire
L’actualité, 1er décembre


Sur le transfert d’entreprises québécoises aux étrangers


Au Québec, le transfert du siège social d’une entreprise génère des craintes à l’égard du maintien des emplois. «Quand un siège social s'en va, nous perdons un peu le contrôle sur les emplois et sur les achats effectués auprès des fournisseurs locaux, dit Maripier Tremblay. À Québec, nous sommes en mesure de constater cet avantage dans le domaine des assurances, avec la présence de nombreux sièges sociaux. Elle assure la stabilité. Elle procure un bon coussin à l'économie régionale.»

Maripier Tremblay, professeure au Département de management
Le Soleil, 16 novembre


Sur la Loi sur le développement durable


Le rapport d’étape de 2011-2012 de la mise en œuvre de la stratégie gouvernementale de développement durable 2008-2013 recense les toutes dernières actions mises de l’avant par les ministères et les organismes de l’État québécois. «Est-ce que l'évaluation soumise dans ce rapport est bien faite? s’interroge Paule Halley. La question doit être posée. Le rapport nous donne une idée des actions entreprises par les ministères et organismes. Il nous dit s'ils ont respecté ou non leurs obligations dans tel ou tel cas, mais il donne très peu d'information sur l'aspect qualitatif.»

Paule Halley, professeure à la Faculté de droit
Le Devoir, 16 novembre

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!