Chroniques

Dans les médias

Alain Bouchard, Patrick Taillon et Érick Duchesne sur la part de responsabilité des membres de sectes, les signes religieux chez les juges et la stratégie canadienne dans la renégociation de l'ALENA

Sur la part de responsabilité des membres de sectes


Un gourou manipulateur et des disciples manipulés, voilà comment les sectes sont le plus souvent dépeintes dans les médias. Selon Alain Bouchard, dans les faits, le portrait est plus complexe et il implique une codépendance entre des gens blessés intérieurement et un leader qui leur offre une solution. «De l'extérieur, on dit que ces gens ont été manipulés. Mais ils ont une part de responsabilité. On fait le parallèle avec la dépendance aux drogues: pour ne pas avoir à couper ce lien de dépendance, des gens sont prêts à commettre des crimes.»

Alain Bouchard, Faculté de théologie et de sciences religieuses

Le Soleil, 5 octobre

Sur les signes religieux chez les juges


Le nouveau gouvernement québécois risque fort de se buter à un mur en voulant interdire les signes religieux chez les juges. En effet, l'indépendance judiciaire prévoit que les magistrats doivent être libres de décider seuls et ne faire l'objet d'aucune influence, notamment du politique. «C'est impossible que le gouvernement, ou sa police, ou ses officiers viennent vérifier si la règle est appliquée, ce serait manifestement contraire à l'indépendance judiciaire», souligne Patrick Taillon.

Patrick Taillon, Faculté de droit

Le Journal de Montréal, 9 octobre

Sur la stratégie canadienne dans la renégociation de l'ALENA


Le nouvel Accord États-Unis – Mexique – Canada serait une réussite du point de vue canadien. Le maintien du mécanisme de règlement des différends commerciaux en est un exemple. Le nouveau chapitre sur l'environnement en est un autre. Selon Érick Duchesne, les Américains se sont placés dans une position de faiblesse parce qu'ils insistaient pour conclure un accord avant l'arrivée au pouvoir du nouveau président du Mexique et avant les élections de mi-mandat aux États-Unis. «Plus les Canadiens attendaient, plus la négociation durait, et plus la capacité des Américains de véritablement réaliser ces menaces perdait de la crédibilité.»

Érick Duchesne, Département de science politique

La Presse+, 6 octobre

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!