Chroniques

Dans les médias

Frank Pons, Philippe Archambault et Luc Bouthillier sur le pari osé de Nike, le plastique dans les océans et la nouvelle Stratégie nationale de production de bois

Sur le pari osé de Nike


Pendant qu'Adidas adopte un positionnement conservateur et s'associe à Kanye West, un sympathisant de Donald Trump, Nike s'associe à des athlètes ouvertement opposés au président américain, notamment LeBron James et Colin Kaepernick. «Se positionner contre Trump, ce n'est pas forcément négatif ailleurs dans le monde, estime Frank Pons. Que quelques personnes brûlent des chaussures, que l'action en Bourse chute un peu ne peut surprendre les dirigeants de Nike. Ces minirevers seront largement compensés par le soutien à venir sur le moyen et le long terme. Ce qui se passe avec Kaepernick a été mûri, réfléchi et planifié.»

Frank Pons, Département de marketing

Le Devoir, 6 septembre

Sur le plastique dans les océans


Le projet The Ocean Cleanup, qui a pour but de nettoyer les océans du plastique qui y flotte, a lancé ses opérations. Première cible: le grand continent de plastique du Pacifique. Philippe Archambault souligne que le système ne ramassera pas que le plastique: il risque aussi de collecter le plancton et les petits animaux qui sont à la base de la chaîne alimentaire. «Évidemment, un mur de 600 mètres de long et de 3 mètres de profond sur l'ensemble du Pacifique, ce n'est rien. D'un autre côté, on veut en mettre 60, et il faudra des bateaux pour aller cueillir le plastique. Ça soulève des questions.»

Philippe Archambault, Département de biologie

La Presse Plus, 8 septembre

Sur la nouvelle Stratégie nationale de production de bois


Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs mène actuellement une consultation publique sur sa nouvelle Stratégie nationale de production de bois. Il propose notamment de créer des aires d'intensification de la production ligneuse sur 25% du territoire productif de la province. Selon Luc Bouthillier, cette cible est peu précise. Il croit toutefois que la survie de l'industrie forestière à certains endroits passe par l'intensification de la production ligneuse. «On ne peut s'appuyer uniquement sur les forces de la nature pour continuer à avoir une industrie forestière digne de ce nom. Il va falloir faire pousser du bois.»

Luc Bouthillier, Département des sciences du bois et de la forêt

ICI Radio-Canada – Abitibi-Témiscamingue, 11 septembre

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!