Arts

Warhol à Manhattan

Une exposition met en valeur des projets d'étudiants en architecture, dont celui qui a obtenu un prix spécial à un concours international

Le projet <i>Stack It Up</i> est basé sur un système innovant de caissons autoportants fixés à des noyaux en béton fibré à ultra-haute performance. Ces piliers de béton reçoivent les charges des caissons, ce qui permet le dégagement d'un grand espace au rez-de-chaussée.
Stack It Up. C'est le nom que Mélissa Duperron, Frédéric Quirion et Camille Robichaud Fortin, tous étudiants à la maîtrise en architecture, ont donné l'hiver dernier à leur projet réalisé dans le cadre de l'atelier Ambiances physiques architecturales et urbaines 2016, une formation sous la responsabilité des professeurs Claude Demers et André Potvin. Le 24 août à Vienne, en Autriche, Stack It Up a mérité un prix spécial au concours Blue Award International 2016. Plus de 200 projets en provenance de 82 écoles d'architecture de 34 pays avaient été soumis.

Ce projet, ainsi que les sept autres réalisations de l'atelier Ambiances physiques 2016, sont exposés jusqu'au vendredi 18 novembre au local 1204 de l'École d'architecture. L'exposition s'intitule Warhol à Manhattan – Paysages érodés comme générateurs de la forme architecturale. Les équipes étudiantes devaient imaginer un bâtiment à usage mixte, socialement responsable et à haute performance énergétique, dans un quartier effervescent de New York. Le bâtiment comprenait un marché public de 3 000 mètres carrés, un musée de 5 000 mètres carrés consacré à l'artiste Andy Warhol et un complexe de 300 habitations. Les projets ont, par la suite, été présentés au concours de l'Association of Collegiate Schools of Architecture, aux États-Unis.

«Le projet Stack It Up présente un système constructif innovant qui vise à développer un milieu de vie stimulant pour les résidents du quartier Lower East Side à New York, explique l'étudiant Frédéric Quirion. Tout le développement du projet vient de la relation avec la structure, laquelle est basée sur des caissons de bois préfabriqués et dimensionnés en fonction de la proportion d'un logement. L'emboîtement de ces caissons structurants en bois lamellé-croisé permet de créer des espaces vivants.»

Autre caractéristique: les piliers de béton. Selon la professeure Demers, ils reçoivent les charges des caissons de bois, ce qui permet le dégagement d'un grand espace au rez-de-chaussée. «Les piliers de béton, ajoute-t-elle, permettent, en outre, d'insérer les escaliers et les puits de lumière ainsi que d'intégrer un système mécanique audacieux: le biodigesteur. Le système est ici habilement intégré aux piliers de béton et permet de transformer en énergie les déchets compostables des unités d'habitation.»

Durant l'atelier, pour une deuxième année consécutive, quelques étudiants en génie civil et en génie mécanique ont été jumelés aux étudiants en architecture. Des professeurs de la Faculté des sciences et de génie ont également apporté leur contribution, de même que des professionnels du milieu. Selon Claude Demers, cette approche pédagogique innovante est encore très peu employée dans les écoles d'architecture au Canada et aux États-Unis.

«Stack It Up est un projet extrêmement complexe aux enjeux nombreux, indique Frédéric Quirion. Les étudiants de génie civil ont fait des calculs préliminaires pour connaître la réaction des caissons structurants en bois qui sont soumis aux différentes charges d'utilisation. Les étudiants de génie mécanique, pour leur part, se sont penchés sur la biométhanisation.»

Dans ce projet, la biométhanisation permet de créer de la chaleur et de l'électricité in situ en utilisant les rebuts des usagers du bâtiment. Les étudiants de génie mécanique ont su développer un système circulaire de gestion des déchets dans le but général d'atteindre l'objectif de bâtiment «net zéro», c'est-à-dire autosuffisant en énergie. «Les étudiants de génie ont permis de concrétiser nos idées autrement impossibles à développer, affirme Frédéric Quirion. Cela a donné une plus-value au projet.»

Dans son commentaire, le jury du concours Blue Award a déclaré que Stack It Up représente un bon exemple de ce qu'il est possible de faire en poussant à l'extrême l'aspect structural des panneaux en lamellé-croisé dans la construction de grandes structures de bois. Selon lui, le projet crée un précédent dans un environnement urbain. «Le recours à un système de construction modulaire, basé sur des éléments préfabriqués et des coeurs structuraux en béton, aboutit à un système hybride très intéressant.»

L'exposition sur les projets étudiants de l'atelier Ambiances physiques architecturales et urbaines 2016 se tient jusqu'au 18 novembre au local 1204 de l'École d'architecture (1, côte de la Fabrique). Pour information: 418 656-2785.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!