Arts

Une vie

Isabelle Lapointe propose un univers théâtral éclaté dans le Spectacle raté de la chanteuse écrapoutie

Par : Renée Larochelle
Le spectacle conjugue le théâtre et la chanson; on chante, on joue, le tout dans l'esprit d'un cabaret déjanté. On ne parle pas ici de comédie musicale, mais d'un spectacle construit à partir de divers alliages.
Le spectacle conjugue le théâtre et la chanson; on chante, on joue, le tout dans l'esprit d'un cabaret déjanté. On ne parle pas ici de comédie musicale, mais d'un spectacle construit à partir de divers alliages.
Que faire un mercredi soir d'avril alors que le printemps n'en finit plus d'arriver? De manière plus dramatique, comment survivre à la pesanteur du temps qui passe, à la lourdeur des amours qui lassent? En assistant à un spectacle qui conjugue le théâtre et la chanson, pour le seul plaisir d'entendre les histoires des autres, les belles comme les moins belles, comme il en existe dans la vraie vie. C'est dans cet esprit qu'il faut peut-être aborder le Spectacle raté de la chanteuse écrapoutie, dont le titre évoque à merveille et avec humour l'imaginaire riche et poqué de son héroïne, Odile DuPont, cette «fille d'à côté» imaginée par Isabelle Lapointe. Présenté le 27 avril au Studio 1 du Laboratoire des nouvelles technologies de l'image, du son et de la scène (LANTISS), le spectacle lève à la fois le voile et le rideau sur un monde qui se berce d'illusions, où s'entremêlent souvenirs, espoirs et amours déçus. Au premier plan s'impose d'emblée la figure d'Odile DuPont, une femme fragile, écrapoutie sous le poids de ses désillusions, qui a connu sa part d'intimidation et de solitude. «Qu'il est difficile d'aimer», chante Gilles Vigneault… Et pour cause: les relations entre les hommes et les femmes ne sont pas toujours simples.

«Le spectacle est une célébration du fait d'être amoureux dans un monde si beau, en même temps qu'il est si croche», explique Isabelle Lapointe, qui a accouché de ce spectacle dans le cadre de sa maîtrise en arts de la scène et de l'écran. Pour compenser la gravité du sujet ou sa légèreté – c'est selon –, le clinquant, les guirlandes et les plaisirs burlesques illuminent la scène de leurs feux. On chante, on joue, le tout dans l'esprit d'un cabaret déjanté. On ne parle pas ici de comédie musicale, mais d'un spectacle construit à partir de divers alliages.

«Il s'agit d'un concept d'hybridation artistique se situant entre la musique et le théâtre, qui modifie la forme et l'atmosphère classiques d'un concert de chansonnettes et qui transporte le spectateur dans un univers théâtral éclaté», souligne Isabelle Lapointe. Aux fins de son projet, la jeune femme s'est inspirée des spectacles donnés dans les cabarets berlinois au temps de Marlene Dietrich, des cafés-concerts parisiens à l'époque de Mistinguett et, plus près de nous, des prestations de Diane Dufresne. Toutes ces chanteuses-actrices ont marqué la mémoire et l'imagination en raison de leur expressivité particulière. «Lorsque ces femmes chantent, tout un univers se crée dans la tête du spectateur. Il y a une espèce de sincérité très touchante là-dedans», dit Isabelle Lapointe. Dans l'écriture de ce spectacle expérimental de chanson-théâtre, Isabelle Lapointe a aussi emprunté aux déconstructions musicales et théâtrales contemporaines, le tout mâtiné d'une certaine forme de distanciation à la Bertolt Brecht, grand homme de théâtre allemand.

Depuis septembre 2016, la création de cette enseignante au primaire ayant tout largué pour étudier en théâtre fait son petit bonhomme de chemin à Québec. Par exemple, une version courte du spectacle a été présentée au Festival de théâtre de l'Université Laval en mars. Dans cette aventure, Isabelle Lapointe s'est entourée de musiciens et de comédiennes chevronnés, dont plusieurs font partie de la relève. Autour du personnage d'Odile DuPont gravite ainsi toute une équipe dévouée à ce spectacle qui se distingue par son originalité. L'artiste peut également compter sur le soutien indéfectible du directeur artistique et professeur au Département de littérature, théâtre et cinéma Liviu Dospinescu.

Le spectacle aura lieu le jeudi 27 avril, au local 3655 du pavillon Louis-Jacques-Casault, à 20h. Il sera suivi d'une discussion. L'entrée est libre, mais une contribution volontaire serait appréciée. Les intéressés peuvent réserver leur place au 581 742-2124 ou par Facebook.




Isabelle-Lapointe-theatre-LANTISS-6228-credit-Marc-Robitaille

Présenté le 27 avril au Studio 1 du Laboratoire des nouvelles technologies de l'image, du son et de la scène (LANTISS), le spectacle lève à la fois le voile et le rideau sur un monde qui se berce d'illusions, où s'entremêlent souvenirs, espoirs et amours déçus.

Photo: Marc Robitaille

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!