Arts

Une édition tout en noir

La grande fête des mots, Québec en toutes lettres, reprend de plus belle, du 29 septembre au 9 octobre, avec une programmation orientée autour du thème du polar

Collectif d'artistes de la relève, JP – Escouade créative réunit Catherine Côté, Éric LeBlanc, Maxime Plamondon et Virginie St-Pierre.
Sherlock Holmes a été assassiné à la Maison de la littérature. Qui est responsable de ce crime? Pour le savoir, il faudra être sur place, le 3 octobre. De jeunes auteurs de la relève présenteront l'activité «Adieu, Sherlock!», un meurtre et mystère interactif qui promet son lot de surprises. Des acteurs professionnels incarneront des personnages tout droit sortis des grands classiques de la littérature. Le public sera invité à interagir avec eux, afin de trouver des indices pour découvrir l'identité du tueur. «Le but, c'est d'avoir du plaisir! La littérature, ça peut être éclatant et coloré. On veut que les gens s'amusent grâce à un concept à la fois intelligent et ludique. Nous avons dépoussiéré des classiques et avons créé une histoire en nous inspirant de leurs personnages. Il y aura, par exemple, Docteur Jekyll, adapté au goût du jour», explique Éric LeBlanc, étudiant à la maîtrise en études littéraires et membre du dynamique collectif JP – Escouade créative.

Célébrer la littérature hors des livres: ainsi pourrait-on décrire la mission de Québec en toutes lettres. Chaque année, ce festival contribue au rayonnement des auteurs d'ici et d'ailleurs avec une programmation réunissant spectacles, lectures, expositions, tables rondes et autres activités grand public. Pour sa septième édition, il sera question d'histoires d'horreur, d'intrigue policière et de thriller. Plus de 150 écrivains et artistes s'en donneront à cœur joie dans 22 lieux à travers la ville, dont une dizaine de bibliothèques et le cimetière Saint-Matthew.

Même les ondes radiophoniques seront investies! Du 3 au 5 octobre, la station CKRL 89,1 diffusera des polars sonores. Trois duos d'artistes, composés d'une auteure et d'une artiste audio, se sont inspirés du thème de la nuit pour créer des histoires radiophoniques. Christiane Vadnais, étudiante à la maîtrise en études littéraires, a fait équipe avec la compositrice Miriane Rouillard. Ensemble, elles ont préparé l'oeuvre Les lamproies, qui raconte les aventures d'une femme engagée dans la marine marchande. Ce personnage se retrouvera dans un inquiétant huis clos sur les Grands Lacs. «L'idée nous est venue d'un fait divers. L'œuvre nous transporte au cœur d'un milieu masculin, empreint de mystères. Le texte navigue dans l'impression, le noir, la mer. Miriane a produit des bruits qui viennent créer une ambiance très angoissante», indique Christiane Vadnais.

L'étudiante participera aussi à la soirée «Œuvres de chair», le 8 octobre. Cette activité, qui remporte un franc succès chaque année, offre l'occasion de rencontrer des auteurs en tête-à-tête à l'Hôtel PUR – Québec. Par la suite, le public monte aux chambres, transformées pour l'occasion en salle de microthéâtre. Dix écrivains, dont Christiane Vadnais, ont eu carte blanche pour y transposer leur univers. Les curieux n'auront qu'à pousser la porte et à plonger dans l'inconnu!

La même journée, à la Maison de la littérature, se déroulera une table ronde sur le polar politique. Ce genre littéraire, aussi appelé «néo-polar», est apparu en France à la fin des années 1970. Inspiré de la réalité, il dénonce des complots financiers, des magouilles juridiques, des manoeuvres électorales, de la collusion, de la corruption… Bref, il n'hésite pas à critiquer le système. «Les auteurs de néo-polar ont repris le genre du roman noir américain pour l'adapter aux contingences et aux problèmes sociaux typiquement européens. On remarque chez eux un réel engagement politique. Ils se voient comme des agitateurs ou des militants», dit Stéphane Ledien.

L'auteur et doctorant en études littéraires abordera plus en détail le sujet avec deux autres spécialistes du genre, Gary Victor et Jean-Jacques Pelletier. Parmi les grands représentants du polar politique, il cite Jean-Patrick Manchette et Jean-Bernard Pouy. De ces auteurs, qui l'ont fortement influencé dans son travail, il remarque une grande qualité d'écriture. «En plongeant dans leurs romans, le lecteur réalisera qu'il peut à la fois être diverti, vivre des sensations fortes et entrer dans un univers socioculturel très marqué. Plusieurs auteurs savent être politisés, tout en étant ultra divertissants. Il y a moyen de se faire plaisir avec un bon nombre de romans!» L'invitation est lancée.

La programmation complète de Québec en toutes lettres est disponible à l'adresse quebecentouteslettres.qc.ca/programmation.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!