Arts

Mourir d'aimer

La troupe Nacéo présente Les Feluettes ou La Répétition d’un drame romantique de Michel Marc Bouchard

Par : Renée Larochelle
Une belle histoire d’amour, une ode à la beauté du rêve affrontant les préjugés et les désordres du monde afin de faire triompher la liberté: voilà ce qui pourrait résumer l’un des chef-d’œuvres de la dramaturgie québécoise, Les Feluettes ou La répétition d’un drame romantique, de Michel Marc Bouchard qui sera présenté les 6, 7, 8, 9, 12, 15 et 17 décembre à 20 h, au Théâtre de Poche du pavillon Maurice-Pollack. «Tant par l’intensité du texte que par la sensibilité à fleur de peau des personnages, la pièce vaut le détour, souligne le metteur en scène, Olivier Sanquer. En fait, son sujet est plus actuel que jamais. C’est une dénonciation de l’intolérance, celle qui fait souffrir les êtres. La thématique gaie rend le message encore plus puissant. En effet, peu importe leur orientation sexuelle, les êtres humains partagent les mêmes préoccupations et les mêmes espoirs. Ils souhaitent tous être aimés.»

Passions coupables
Acclamée par le public et par la critique lors de sa création en 1987, traduite en plusieurs langues et présentée en Europe et au Japon, la pièce Les Feluettes ou La Répétition d’un drame romantique porte bien son nom. Il s’agit bel et bien de la répétition d’un drame qui a eu lieu en 1912 et qu’on joue de nouveau en 1952, sous les yeux de l’évêque Jean Bilodeau, témoin des amours coupables de Simon et Vallier de Tilly, alors qu’ils fréquentaient le Collège Saint-Sébastien de Roberval. Organisé par des ex-prisonniers, avec à leur tête Simon, injustement condamné pour le meurtre de Vallier, ce huis clos à ciel ouvert déliera les langues et fouettera les ardeurs, mêlant le passé et le présent, l’ici et l’ailleurs, dans la braise des passions et des désirs. Dans cette mise en abyme des passions réprimées, les personnages se serviront du théâtre pour réparer une injustice commise 40 ans auparavant, avec toute leur naïveté. Pour cela, ils ne disposent que d’une seule représentation: celle qu’ils s’apprêtent à jouer devant l’évêque Bilodeau et qui permettra au public de comprendre les origines du drame.

«C’est une pièce profondément humaine qui ne peut qu’émouvoir les gens, affirme Axel Arnault, qui tient l’un des rôles principaux de la pièce, Vallier de Tilly. Le texte de Michel Marc Bouchard fait réfléchir, traversant le temps et transcendant l’amour gai, comme si plus rien n’existait que la beauté de deux êtres qui s’aiment, quel que soit leur sexe. En fait, leur situation s’apparente à celle de Roméo et Juliette, deux amoureux qui ont eu eux aussi à se battre contre les préjugés de leur époque.» Composée en grande partie d’étudiantes et d’étudiants de l’Université Laval, la troupe de théâtre Nacéo a joué Les Feluettes à quelques reprises à Montréal et à Québec, l’été dernier. «Lors des représentations, on sentait une grande tension dans la salle, raconte Olivier Sanquer. À la fin de la pièce, certaines personnes étaient tout simplement bouleversées, affirmant avoir compris des choses sur la vie qu’elles n’avaient jamais saisies auparavant.» 

Mise en scène et scénographie: Olivier Sanquer. Distribution : Axel Arnault, Alexandre Fecteau, Denis Giguère, Rouslan Kats, Pier-Hughes Madore, Victor Perrault, Alexei Podgouzov, Daniel Ross, Guillaume St-Pierre. Les billets sont en en prévente au coût de 10 $ à l’Animation socioculturelle, au local 2344 du pavillon Alphonse-Desjardins (12 $ à l’entrée). Réservations: par téléphone, 418-571-7803 ou 418-262-4335 et par courriel: axel_aa_5@hotmail.com.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!