Arts

Les mouvements du désir

La tension érotique se nourrit de la part de mystère de l’autre, explique le sociologue Michel Dorais dans son Petit traité de l’érotisme

Par : Renée Larochelle
Marie est très attirée sexuellement par Pierre, qui ne lui accorde aucun regard. En revanche, la seule vue de Sylvie le trouble délicieusement. Bernard, lui, pense encore à cette fille qu’il a rencontrée chez un ami samedi soir: quel corps, quelle démarche… L’ami en question, lui, trouve la fille plutôt ordinaire. En revanche, cette femme aux longues jambes qu’il croise souvent dans l’ascenseur provoque chez lui un émoi indéfinissable et il imagine parfois les choses qui pourraient s’y dérouler. Voilà des scènes de la vie où on voit que ce qui est attrayant sexuellement pour une personne ne l’est pas nécessairement pour l’autre. Comment et pourquoi une personne ou une situation deviennent-elles érotiques? C’est cette question fort complexe qu’explore Michel Dorais, professeur à l’École de service social et expert en sociologie de la sexualité, dans un essai qui vient tout juste de paraître chez VLB éditeur et intitulé Petit traité de l’érotisme.

«Bien qu’il touche tout le monde, le sujet demeure encore méconnu, énigmatique même, explique Michel Dorais, qui signe avec cet essai son quinzième ouvrage. J’ai pris plaisir à décrire les ingrédients de base de la recette érotique, si j’ose dire. Chacun et chacune a un érotisme personnel, mais il y a des aspects qui se retrouvent dans l’érotisme chez la majorité des gens. La plupart des idées que je développe dans mon livre s’appliquent aux hommes aussi bien qu’aux femmes, aux jeunes aussi bien qu’aux plus âgées et aux personnes de toutes préférences sexuelles. Pour moi, la complémentarité érotique entre deux personnes est une chose des plus subjectives. Plus encore, elle peut être changeante, ce qui explique pourquoi des couples se font et se défont.»

Quelque chose d’insaisissable
Divisé en courts chapitres, le livre parle de divers mouvements qui animent l’attraction sexuelle comme l’émoi, la fascination, l’exotisme, l’adversité et la revanche. Pour qu’une personne demeure érotique aux yeux d’un autre, la part de mystère qu’elle recèle doit rester ou, du moins, ne jamais être dévoilée tout à fait. C’est ce qui explique que bien des personnes qui ressentaient réciproquement un attrait irrésistible finissent par se lasser l’une de l’autre lorsqu’elles ont aboli toutes les barrières entre elles, d’expliquer Michel Dorais. Privés de mystère, l’autre et son corps autrefois si désirable finissent par laisser indifférent. L’érotisme carbure également à ce qui est inatteignable ou inaccessible, que la mise à distance provienne de la personne désirée ou de barrières morales, culturelles ou géographiques. En somme, une certaine frustration est nécessaire pour maintenir la tension érotique. Pensons à Roméo et Juliette.
   
Quant à savoir si l’amour est anti-érotique, Michel Dorais laisse la question en suspens. «Chez les hommes, c’est le désir qui appelle la passion amoureuse alors que ce serait plutôt l’inverse chez les femmes, dit-il. Pour conserver leur érotisme vivant, les partenaires doivent continuer de créer suffisamment de rebondissements dans leur histoire commune pour avoir l’impression que cette dernière est encore loin d’être terminée. On continue plus volontiers d’être séduit par quelqu’un qui semble avoir gardé une part de secret, quelque chose d’insaisissable. Rien n’entretient autant le désir que l’expectative.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!