Arts

Freak show

La Troupe Les Treize joue d’audace avec Hinkemann, une comédie noire d’Ernst Toller

Par : Renée Larochelle
Allemagne, début des années 1930. À première vue, tout semble aller comme sur des roulettes pour le jeune couple dans la trentaine formé par Eugène Hinkemann et sa femme Grete. Mais les apparences sont trompeuses et le problème est de taille, si on peut dire. En effet, lors de la Première Guerre mondiale, le soldat Hinkemann a été grièvement blessé, émasculé d’un coup de fusil. Adieu vie sexuelle et bonjour l’ambiance: depuis ce jour fatidique, Hinkemann cherche à retrouver son identité, prêt à tout pour prouver à sa femme qu’il est toujours un homme, et ce malgré la perte d’une partie de ses attributs masculins. Pour reconquérir sa Grete bien-aimée dans un contexte économique difficile marqué par le chômage, Hinkemann finit par trouver du travail comme mangeur de rats vivants dans une foire. Hideux boulot s’il en est un. Mais une découverte encore pire l’attend: sa femme le trompe avec son meilleur ami, Grosshan.

En résumé, voici le propos de la pièce Hinkemann que présente la Troupe de théâtre Les Treize, du 30 novembre au 3 décembre, à 20 h, à l’amphithéâtre Hydro-Québec du pavillon Alphonse-Desjardins. Écrite par Ernst Toller en 1929, l’oeuvre a été peu jouée dans le monde et est, de fait, peu connue. Mais cela n’a pas empêché Dominique DeBlois et Mélissa Picard d’être touchées en plein cœur par cette pièce qu’elles ont connue alors qu’elles étaient étudiantes au baccalauréat en études théâtrales. «Un véritable coup de foudre, dit Dominique DeBlois, chargée de projets aux Treize et interprète de Grete. C’est une comédie noire qui parle de la recherche d’identité sexuelle et des rapports entre les hommes et les femmes. Grete et Hinkemann s’aiment éperdument mais il n’y a cependant pas de futur possible pour eux. L’histoire donne un peu dans le grotesque et dans l’absurde mais le message est touchant: le mal et le bien n’existent pas, chaque être humain fait ce qu’il peut pour tenter de s’en sortir.

Pour mettre un peu de piment dans la pièce et en accentuer le caractère grotesque, Mélissa Picard, qui assume la mise en scène, a joué d’audace. «Sauf pour les rôles principaux d’Hinkemann et de Grete, les rôles féminins sont joués par des hommes et les rôles masculins par des femmes», explique cette étudiante au doctorat en littérature, arts de la scène et de l’écran. «Nous avons voulu recréer une atmosphère de cabaret, un univers ambigu du genre freak show, quelque chose qui ressemble à nos vies d’aujourd’hui finalement, où nous ne sommes plus sûrs de rien et où ce qu’on pensait être vrai est faux et vice-versa.»


La distribution d’Hinkemann se compose de dix comédiens et comédiennes. Les billets sont en prévente au coût de 10$ sur le réseau Billetech (643-8131) ou à l’Animation culturelle, au local 2344 du pavillon Alphonse-Desjardins. On peut aussi se procurer de billets le soir des spectacles au coût de 12 $.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!