Arts

Éros au secours de la Terre

Le nouvel essai de Luc Bureau est un traité de géographie érotique qui n’a rien à voir avec une géographie du sexe

Par : Julie Bouchard
Septième opus de l’essayiste et géographe Luc Bureau, Terra erotica (Fides, 2009) s’ouvre sur une confession: celle d’un homme visiblement amoureux du monde qui l’entoure. Il semble même faire corps avec lui. On le voit se couler dans les creux de la Terre, s’abreuver à ses eaux, se laisser porter par ses odeurs, respirer avec elle, et même par elle. On dirait d’ailleurs que la Terre participe à ses mouvements, qu’elle fait écho à ses élans, qu’elle le confirme dans ses contours: «Bien calé dans l’alvéole moussue d’un rocher, j’abandonne mon corps et mon esprit aux voluptés d’un soleil couchant.»  Voilà une union organique, une fusion presque parfaite entre l’homme et la Terre et, comme lecteurs, on y croit volontiers, même si on sait qu'elle entre en collision avec les rapports réels qui nous unissent – ou plutôt qui nous opposent aujourd’hui au monde, nous qui sommes les héritiers d’une histoire marquée par ces mots: «Tu te serviras de ton intelligence pour être le maître sur terre, tu domineras la terre et les espèces qui y vivent…»
   
Alors que la planète se désagrège lentement sous l’effet de l’activité humaine, bien des gens lancent, avec raison, des cris d’alarme et tentent de freiner un développement irrespectueux de l’environnement. Sans nier la nécessité de lutter contre «les périls de toutes sortes qui menacent notre survie», l’auteur de Terra erotica appelle à la révolution culturelle. Baptisés ou pas, croyants ou pas, il faut revoir «notre manière de rêver et d’habiter la planète», écrit Luc Bureau. Il faut comprendre non seulement comment nous avons pu nuire à ce point à l’environnement, mais aussi pourquoi nous avons exercé une telle violence à son endroit. Compréhension qui pourrait favoriser «la régénération de tout un pan de la culture» et la redécouverte «pour notre compte d’un continent oublié». Quel pan? Quel continent?

Une relation érotique au monde
«Notre relation à la Terre et au monde est fondamentalement une relation de désir, de sensualité, d’amour diffus: bref, une relation érotique», écrit l’auteur de Terra erotica. Énoncé qu’il avance avec une extrême prudence: «la chose est éminemment risquée», écrit-il juste avant de se lancer. Si les risques sont du côté de l’auteur, l’étonnement est certainement du nôtre, les lecteurs. Notre relation au monde serait une relation érotique? Voilà un énoncé qui, en lui-même, fait révolution. Mais à quel type de révolution nous appelle donc l’auteur de Terra erotica? Est-ce un drôle qui nous invite tous à la partouze? Déçus seront ceux ou celles qui le souhaitent, car «Éros n’est pas ce qu’on dit», écrit Luc Bureau, dont l’amour des mots n’empiète pas sur la rigueur scientifique.
   
Ni gai luron ni gros coquin, Éros serait plutôt, s’il faut en croire le géographe, «le plus beau des dieux immortels» et, plus encore, «une puissance primordiale» qui «assure l’union entre (d)es éléments qui, autrement, ne subsisteraient que dans une indifférence ou un antagonisme destructeur. C’est sous son égide que s’opère le mariage de la Terre et du ciel, des dieux et des déesses, du Soleil et de la Lune, de l’époux et de sa bien-aimée, de l’homme et de la Terre.»  Bref, Éros serait le symbole même de l’attraction universelle, celui qui «lie les êtres et les choses, donnant ainsi vie et sens au monde qui nous entoure». Autrement dit, Éros est fort différent du Dieu judéo-chrétien que nous connaissons bien, ce fameux «Verbe incarné en ses mystères» qui fait reposer son règne sur la division (entre le ciel et la Terre, l’âme et le corps, le vice et la vertu, la vie et la mort, etc.). Au contraire, Éros est celui «qui assure l’union des éléments et qui suscite le désir amoureux», écrit Luc Bureau.
   
Plaidoyer pour Éros, Terra erotica est aussi un chant d’amour pour la Terre. Ou un traité de géographie érotique, mais qui n’a rien à voir, comme le dit son auteur, «avec une géographie du sexe». Au fil des pages, on découvre qu’il n’y a peut-être pas d’autre façon de vraiment habiter le monde qu’érotiquement.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!