Arts

Entre l'Amour et le Mal

Le tout dernier livre de Jean Désy traite de souffrance et de littérature

Par : Julie Bouchard
Jean Désy: «En dehors des forces de l'Amour, rien n'en vaut la peine, rien de rien».
Jean Désy: «En dehors des forces de l'Amour, rien n'en vaut la peine, rien de rien».
C’est un tout petit livre qui compte à peine 100 pages. En fait, c’est un petit recueil de textes déjà publiés ailleurs. Mais c’est aussi un «grand livre» en ce qu’il est conduit par des sentiments qui transcendent toutes contingences. Et si l’auteur se garde bien de faire dans la sensiblerie, les textes touchent le lecteur droit au cœur sans épargner son âme. Il s’agit du dernier livre de Jean Désy, chargé de cours à la Faculté de médecine, Entre le chaos et l’insignifiance: histoires médicales (XYZ éditeur). Des histoires médicales, oui, mais racontées comme des histoires de vie à la fois banales et tragiques. Un recueil rempli de doutes et d’incompréhension qui laisse parfois place à la certitude et à la lumière. Tous les médecins et futurs médecins, patients et futurs patients devraient le lire au moins une fois.
   
Sur la page couverture d’Entre le chaos et l’insignifiance, la photo d’un terrain effondré. On devine qu’il y a eu glissement de terrain. De haut en bas de l’image, le sol se déconstruit, perd sa verdure et sa stabilité, s’effondre et chute dans le vide. C’est ainsi que le Mal survient, nous dit Jean Désy dans les premières pages du recueil; il apparaît là où il n’est pas nécessairement attendu, et n’a besoin de nulle raison pour s’emparer d’une vie et l’entraîner dans le vide sans qu’on puisse l’en empêcher. À moins, bien sûr, d’être capable de miracle. Le médecin, voyageur et écrivain revient ensuite à l’époque où, jeune adulte, il était persuadé que le roman n’était que fiction et que la poésie n’était d’aucune utilité dans le monde réel. «Une meilleure prise de conscience de ce qu’est la littérature m’aurait permis de comprendre pourquoi j’allais tant souffrir au contact de la souffrance des autres», confie-t-il.
   
La littérature comme la souffrance sont omniprésentes dans les huit textes qui suivent le prologue d’Entre le chaos et l’insignifiance. Si la souffrance prend la figure du Mal, la littérature tient lieu de prière, et c’est une prière qui ne s’adresse pas à Dieu, mais aux êtres humains qui, d’un texte à l’autre, se montrent capables du pire comme du mieux. Dans La chute, Albert Camus laissait la parole à un homme seul qui, autrefois promis à une brillante et glorieuse carrière, était soudainement placé devant l’inanité de son comportement passé. Le narrateur d’Entre le chaos et l’insignifiance revient lui aussi sur des événements passés, mais il n’est pas seul, puisque des amis, des collègues ou d’anciens étudiants l’accompagnent tout au long d’un chemin qui le conduira vers la liberté. Et si le narrateur se demande souvent pourquoi continuer de soigner devant l’impossibilité d’arrêter le Mal, il refuse de faire de l’absurdité le justificatif de l’inaction. Comme Camus le faisait dans La peste, Jean Désy rappelle l’importance de donner un sens à l’événement insensé, sens qui souvent ne peut se trouver que dans le Don puisque «[…] en dehors des forces de l’Amour, rien n’en vaut la peine, rien de rien», rappelle Jean Désy tout au long de son livre.



Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!