Arts

Elle connaît la chanson

Étudiante en musicologie, Sarah-Anne Arsenault aide des jeunes à trouver «leur» voix

Par : Renée Larochelle
La troupe du <i>Maître de scène</i> au grand complet
La troupe du <i>Maître de scène</i> au grand complet
Du 18 au 20 avril, une soixantaine d'élèves de 4e secondaire de l'école De Rochebelle ont présenté la comédie musicale Le Maître de scène, une adaptation du film The Greatest Showman, qu'on a pu voir au cinéma à l'hiver 2017. Le chef d'orchestre de cette production d'envergure pour laquelle 200 jeunes ont auditionné s'appelle Sarah Anne-Arsenault, étudiante à la maîtrise en musicologie: elle a non seulement assumé la direction musicale et vocale du spectacle, mais elle en a également écrit toutes les partitions, en plus de trouver des musiciens et d'accompagner elle-même les jeunes au piano. Un projet de taille ayant démarré en octobre dernier et qui a nécessité de nombreuses heures de travail. Mais l'aventure en valait la peine, selon la jeune femme, qui dit avoir découvert des perles rares au sein du groupe.

«Il y avait des jeunes très talentueux parmi ceux qui jouaient les rôles principaux. J'en ai rencontré quelques-uns qui pourraient même continuer au niveau professionnel», souligne ainsi Sarah-Anne Arsenault, qui a travaillé en collaboration avec le metteur en scène Richard Paquet.

Parallèlement à la préparation du spectacle, et dans le cadre de son mémoire de maîtrise, l'étudiante s'est penchée sur le processus menant à la co-création d'une chanson originale. Avec quatre interprètes de la comédie musicale, elle a voulu savoir comment des jeunes parviendraient à se mettre d'accord sur les paroles et la mélodie d'une chanson. «Mon rôle consistait à observer les interactions et à aider les jeunes à rassembler leurs idées, dit Sarah-Anne Arsenault. Il s'agissait de les orienter sur la forme que pouvait prendre la chanson, sans les influencer sur le fond. Avant tout, je voulais les laisser créer. Le projet est intéressant en ce sens que leur chanson exprime la voix des jeunes, dans tous les sens du terme.»

Pour ne rien perdre de ses observations, l'étudiante a rédigé un journal de bord. Elle a également rencontré les jeunes créateurs individuellement afin de leur permettre de s'exprimer sur leur perception du processus de création. Ce travail de «créativité collaborative» a débouché sur une chanson ayant pour titre: «Miroir, miroir, dis-moi si j'existe», dans laquelle il est entre autres question des multiples pressions sociales auxquelles les jeunes doivent faire face aujourd'hui. Des détails restent à peaufiner, mais la chanson devrait être enregistrée cet été.

Dans le cadre de sa recherche-action dirigée par Sophie Stévance, professeure à la Faculté de musique, Sarah-Anne Arsenault compte refaire l'exercice avec d'autres jeunes, sur une plus grande échelle. Cette recherche pourrait déboucher sur des pratiques pédagogiques innovantes pour l'enseignement de la musique au secondaire en y insérant la co-création d'une œuvre de musique populaire.

On aura compris que la musique a toujours joué un grand rôle dans la vie de cette jeune femme de 24 ans. En témoigne sa feuille de route: études collégiales en piano jazz puis en orgue au Conservatoire de musique de Montréal suivies d'un baccalauréat en écriture musicale au même endroit. Attirée par l'enseignement, cette passionnée de comédie musicale a également effectué une majeure en histoire, culture et société à l'UQAM ainsi qu'un certificat en sciences de l'éducation à l'Université Laval.

«Mon projet de maîtrise me permet de combiner tous mes intérêts», dit Sarah-Anne Arsenault, qui écrit de petites comédies musicales à l'intention d'enfants du primaire qui fréquentent la Maison Jaune Centre d'art à Québec, un lieu d'apprentissage multidisciplinaire destinée aux personnes qui veulent s'initier et se perfectionner en arts visuels, en chant, en danse et en théâtre. Son rêve serait d'ailleurs de créer des écoles d'arts de la scène où elle encouragerait la multidisciplinarité et la création. «C'est important de donner aux jeunes l'occasion de créer», estime la jeune pianiste.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!