Arts

Des chanteurs qui gazouillent peu

À quelques exceptions près, Twitter n'est pas utilisé à son plein potentiel par l'industrie de la musique québécoise

Grande exception dans l'industrie de la musique, la chanteuse Marie-Mai est très active sur Twitter. Son compte @MarieMaiReal, où elle partage du contenu sur une base régulière, est suivi par près de 186 500 internautes.
Pour un musicien, Twitter constitue un porte-voix extraordinaire. Il peut promouvoir ses projets, échanger avec son public et faire des annonces auprès de journalistes, le tout en moins de 280 caractères. Or, l'industrie musicale s'intéresse peu à cette plateforme. Du moins au Québec, a constaté Charlotte Bonneau-Crépin, étudiante à la maîtrise en musique. «Twitter est un réseau délaissé par la communauté artistique québécoise. Les musiciens y sont peu actifs. Quant aux maisons de disques, la plupart ont un compte seulement pour faire acte de présence. Elles ont en moyenne dix fois moins d'abonnés que les artistes et leurs tweets génèrent très peu d'interactions.»

Tout l'hiver, l'étudiante a passé au peigne fin les comptes de 46 membres de l'ADISQ, soit les principales maisons de disques et les artistes dont la musique vise surtout le marché québécois. Leur nombre d'abonnés, le genre de contenu publié et le taux d'interaction suscité par les publications ont été analysés. Cette étude, dont les résultats ont été présentés au 87e congrès de l'Acfas, a été réalisée dans le cadre d'un projet de recherche avec HEC Montréal.

Les maisons de disques ont un nombre d'abonnés moyen de 3 098. Audiogram est de loin la plus populaire avec 10 500 personnes. Disques Artic arrive bon dernier avec 236 abonnés. La plupart des publications, on s'en doute, concernent des artistes représentés par l'entreprise en question. Du côté des musiciens, ceux qui ont un compte ont en moyenne 34 030 abonnés. Nombreux sont ceux, pourtant bien connus sur la scène musicale, à être absents de la twittosphère ou à publier très peu de contenu.

L'étudiante explique la faible utilisation de Twitter par le manque d'intérêt du grand public pour ce site de microblogage. «Au Québec, Twitter est un réseau social mal aimé. Selon une étude du CEFRIO, seulement 12% des adultes québécois étaient actifs sur Twitter en 2018. On comprend pourquoi les artistes n'y investissent pas beaucoup de temps, comparativement à Facebook et Instagram, qui sont plus populaires et qui offrent de meilleures possibilités de publicité.»

Comme quoi il y a toujours exception à la règle, certains artistes sont très actifs sur Twitter. La chanteuse Marie-Mai, avec ses quelque 186 000 abonnés, est de ceux-là. Chaque jour, ou presque, elle partage des photos et publie des mots personnalisés à ses admirateurs. «Marie-Mai, c'est la reine de Twitter au Québec! Elle reprend en quelque sorte des stratégies employées par des vedettes américaines, comme Ariana Grande, qui publient du contenu différent d'une plateforme à l'autre. Cela fait en sorte que ses fans veulent la suivre sur tous les réseaux.»

Les coachs de La Voix, l'émission de téléréalité de TVA, figurent aussi en tête de liste des adeptes de Twitter. En effet, Lara Fabian, Éric Lapointe, Alex Nevsky et Marc Dupré sont des habitués du tweet. «Les coachs ont tous un compte et ont plus d'interactions que bon nombre de musiciens. Pendant les émissions, le public est invité à tweeter en direct avec eux. Même les anciens coachs qui ont quitté l'émission continuent d'être actifs. C'est le cas de Pierre Lapointe, très populaire sur cette plateforme. L'effet de La Voix sur la scène musicale sur Twitter m'a étonnée», admet Charlotte Bonneau-Crépin.

Tendance remarquée par l'étudiante, les publications ayant le plus de succès sont celles qui touchent la vie privée des artistes. Quand un chanteur dévoile l'identité de sa nouvelle amoureuse ou qu'un autre partage une photo de son bébé, cela suscite souvent davantage de réactions que l'annonce de la sortie d'un album. Ariane Moffatt, Bruno Pelletier, Koriass, Louis-Jean Cormier et Luce Duffault font partie de ceux qui publient du contenu pas forcément lié à leurs activités professionnelles.

Dans l'avenir, Charlotte Bonneau-Crépin s'attend à ce que Twitter prenne une place grandissante dans l'industrie musicale. «Les artistes et les maisons de disques ont avantage à investir du temps dans toutes les plateformes de réseautage social. Comme le démontre le cas de Marie-Mai, les fans vont se rendre sur la plateforme s'ils considèrent que le contenu publié est digne d'intérêt», conclut-elle.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!