Arts

Dans la lumière

Pour sa thèse de doctorat en théologie pratique, le prêtre et artiste verrier Edmond Thériault a créé un ensemble de vitraux sur la Nativité de Jésus

Par : Yvon Larose
Même si les vitraux sont non-figuratifs, on peut trouver, dans l'agencement des couleurs, des formes, des lignes et des symboles qui ramènent sans cesse à une dimension visuelle interprétable.
Même si les vitraux sont non-figuratifs, on peut trouver, dans l'agencement des couleurs, des formes, des lignes et des symboles qui ramènent sans cesse à une dimension visuelle interprétable.
Le 8 mars dernier, la petite église des Saints-Martyrs-Canadiens de Pont-Landry, au Nouveau-Brunswick, a été le théâtre d’un événement pour le moins inhabituel. Pendant plus de deux heures, Edmond Thériault, étudiant au doctorat en théologie pratique, artiste verrier depuis 30 ans et prêtre catholique depuis 25 ans, a soutenu sa thèse avec succès devant le jury, qui s’était déplacé de l’Université Laval, et un auditoire de quelque 150 personnes. Son travail de création artistique religieuse consiste en un ensemble de six vitraux de style abstrait sur le thème de la Nativité de Jésus. Pour réaliser ces œuvres, Edmond Thériault a eu recours aux techniques de la fusion du verre et du thermoformage. Les vitraux sont désormais installés en permanence dans la petite église acadienne. «Comme prêtre et artiste, explique-t-il, je favorise un dialogue qui cherche constamment un accord entre l’expérience théologique et l’expérience artistique. Quant au thème de la naissance de Jésus dans notre monde, il fait apparaître que l’humain est non seulement une créature divine qui renvoie au Créateur, mais qu’il est l’habitacle de son Esprit.»

Un groupe témoin d’une cinquantaine de personnes a accompagné Edmond Thériault tout au long de son processus de création. «Cette présence active était importante pour ne pas enfermer cette recherche en créativité dans un dialogue hermétique, solitaire et incommunicable, indique-t-il. Ensemble, nous avons pu découvrir comment le message de foi peut s’accueillir et se vivre aujourd’hui.» Comme artiste croyant, le prêtre verrier exprime autre chose que ce que l’on est habitués de voir. «Je cherche à rendre visible l’invisible, souligne-t-il. Je cherche à représenter la foi vécue non seulement de l’extérieur, mais aussi de l’intérieur.»

Edmond Thériault a employé des techniques qui permettent de donner une transparence unique aux morceaux de verre. «Il en ressort une véritable poésie de couleurs, affirme-t-il. La cuisson à des températures très élevées permet au verre de fondre d’une manière mystérieuse dans des superpositions de verre, d’or, de plomb, de cuivre, d’argent et d’aluminium, lui donnant des reflets uniques qui font danser la lumière qui le traverse. Les volumes tridimensionnels obtenus ont des reliefs dentelés, comme éclatés, en épaisseurs dans lesquelles s’enferment des bulles, des gouttes, des trous, des fentes, des translucidités, ou encore un réseau de veines qui s’entrecroisent. Chaque vitrail a sa propre respiration, sa propre vie intérieure.» Selon lui, ces vitraux représentent une référence dans l’évolution du vitrail. Dans ces œuvres, les couleurs vont plus loin que l’effet de spectacle. Elles induisent une plus grande sensibilité à l’émotion religieuse. «Sur le plan symbolique, soutient Edmond Thériault, la couleur redonne aux images, aux lignes et aux formes extérieures une émotion qui propose une prise de conscience qui peut favoriser un changement possible dans la personne.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!